sport

Les bienfaits du sport au quotidien

Le sport a pris, maintenant, une importance considérable. Est-ce un bien ? Est-ce un mal ? Il convient ici de faire montre de bon sens, de s’en tenir à un juste milieu. Ne pas dénigrer avec excès comme de ne pas exalter outre mesure la pratique sportive. N’oublions jamais que le sport est au service de l’homme et non pas l’homme à celui du sport. Que, dans les sphères non professionnelles, il doit être avant tout un divertissement. Ce doit être un simple jeu et que, de ce fait, il est insensé, de la part d’un sportif amateur, de risquer de nuire gravement à sa santé. De mettre en péril ses études ou à sa situation sociale… Sous le prétexte de remporter à tout prix une victoire individuelle sur le stade. Alors que sa condition physique n’est pas en rapport avec l’effort demandé à son organisme.

Le sport et la compétition

sportIl apparaît indispensable, non seulement d’orienter, mais aussi de surveiller, médicalement parlant, les sujets désireux de faire de la compétition. Si l’éducation physique et sportive rationnelle ne peut avoir et n’exerce qu’une bienfaisante influence sur l’organisme des intéressés, le sport violent, donc celui de compétition, peut donner lieu parfois à des abus de la part de sportifs imprudents. Il ne faut pas, certes, l’interdire purement et simplement, mais il est indispensable de veiller à ce que la compétition soit faite dans les meilleures conditions eu égard aux possibilités réelles de chaque sujet.

Les adolescents ne doivent participer à ces épreuves qu’avec l’approbation de leurs parents, appuyée sur l’avis du médecin. La médecine dite sportive, médecine de dépistage et d’orientation, médecine préventive, a, de ce fait, une importance considérable. Elle occupe une place de choix dans le domaine social. Il importe d’établir une nette distinction entre le sport violent proprement dit, avec tous les abus qu’il risque d’entraîner, et l’éducation physique et sportive convenablement dosée.

Mais, s’il est bon de freiner certains imprudents, de s’opposer, par exemple, à ce que les scolaires participent à des compétitions… Le mercredi, pour leur association sportive scolaire et, le dimanche, pour un club sportif civil… Soit deux compétitions importantes dans la même semaine. S’il convient de doser judicieusement les efforts, il serait injuste de jeter la pierre à tous les sportifs, de s’en prendre à toutes les activités sportives sans exception et même à l’esprit de compétition. Là, également, il y a lieu de rester dans un juste milieu et de juger impartialement.

Un sport raisonné

sportNe surmenons pas physiquement la jeunesse, soit, mais gardons-nous bien cependant de l’élever par trop dans du coton, comme le dit si bien l’expression populaire. Place donc à l’éducation physique et sportive suivie, régulière et médicalement contrôlée de la jeunesse ! Pour ceux qui ne sont plus vraiment jeunes, disons par exemple au-delà de trente ans, la sagesse s’impose. Qu’ils renoncent non pas au sport, mais à la compétition. Où d’ailleurs ils ne brilleraient plus, surtout là où l’effort est soit intense, soit continu et exige beaucoup du cœur. On devra donc limiter son activité ou ses prétentions en matière de football, d’athlétisme, de rugby, de hockey, renoncer aux exercices de force, à la boxe, au cyclisme, à l’aviron.

En revanche, on pourra continuer le tennis, le ping-pong, la natation et, bien entendu, la culture physique… Qui est particulièrement à recommander. Il n’y a pas de règle ni de palier d’âge absolus pour cette limitation graduelle. C’est même l’avis du médecin ou la connaissance qu’a l’intéressé de ses capacités physiques qui doivent compter. Mais le fait est certain : de l’enfance à la vieillesse correspondent pour chaque âge un ensemble d’exercices dont il serait contre-indiqué de négliger l’harmonie naturelle.

Influence des activités physiques et sportives sur l’organisme

sportDans la vie, tout est une question d’équilibre. La santé, n’est que la résultante du parfait équilibre des grandes fonctions vitales. Or, par une éducation physique et sportive bien dosée, nous agissons au mieux sur ces grandes fonctions. Nous donnons à notre organisme les moyens de conserver cet équilibre vital indispensable… Qui, ne l’oublions pas, intéresse aussi bien le physique que le moral. Bien dosées, les activités physiques et sportives ont une heureuse action sur les glandes. Qu’elles soient à sécrétion interne ou externe, sur la croissance sur les muscles sur les articulations, sur les appareils cardio-vasculaire, respiratoire, digestif, sur le système nerveux sur l’intellect même.

Vélo Electrique Le Guide

Publié par Vélo Electrique Le Guide

J'ai découvert le vélo électrique et depuis je n'arrête pas de faire des déplacements "écolos". Je vais vous faire vivre ma passion !

Laisser un commentaire